MEMO DES ONGS A EDEM KODJO

| |

(RRSSJ)

Photo avec Edem  (1)

POUR UNE GARANTIE DU SUCCES DE LA TENUE DU DIALOGUE POLITIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO!

A l’attention particulière de: Monsieur Edem KODJO, Facilitateur du Dialogue National Inclusif en RDC (à KINSHASA)   Copie pour information à :  

  • L’Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour la Région des Grands Lacs
  • L’Envoyé Spécial de l’Union européenne pour la Région des Grands Lacs
  • L’Envoyé Spécial des Etats Unis pour la Région des Grands Lacs.

 

  1. A propos du dialogue politique en RDC

 

  • Les Organisations de la Société Civile (OSC) de la RDC impliquées dans la défense et la protection des droits de l’homme et dans le suivi du processus électoral saluent l’implication de l’Union Africaine dans la recherche de solution à la crise politique en République Démocratique du Congo à travers la nomination de Monsieur Edem KODJO comme « Facilitateur » de l’organisation du dialogue politique.
  • Pour mémoire, les OSC sont convaincues que la mission du Facilitateur nommé par la Présidente de la Commission de l’Union Africaine s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la région, signé le 24 février 2013 à Addis-Abeba et respecte l’esprit de la résolution 2277 (2016) du 30 mars 2016 du Conseil de Sécurité prorogeant le mandat de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) avec des impératifs liés au dialogue politique qui permettrait de créer les conditions nécessaires à un processus électoral libre, juste, crédible, ouvert, transparent et pacifique.
  • Pour ce faire, les OSC tout en comprenant la délicatesse de la mission confiée au Facilitateur Edem Kodjo, proposent quelques points susceptibles de garantir le succès de la tenue du dialogue politique en République Démocratique du Congo. Ces points s’articulent autour de la nécessité de l’appui d’un panel des médiateurs internationaux, de la « décrispation » du contexte politique tendu, du mode désignation des participants au dialogue et du contenu du dialogue politique.
  1. Nécessité de l’appui d’un panel des médiateurs internationaux
    • Pour plus d’efficacité, de cohérence et de synergie entre différents acteurs nationaux et internationaux en vue de garantir le succès du dialogue, les OSC proposent que le Facilitateur Edem Kodjo soit appuyé et aidé par un panel de co-faciltateurs et/ou médiateurs internationaux étant notamment issus de l’Organisation des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Organisation Internationale de la Francophonie et des Etats Unis d’Amériques.

 

  1. De la « décrispation » du contexte politique tendu
    • Le contexte politique actuel en République Démocratique du Congo, comme le confirme la résolution 2277 (2016) du 30 mars 2016, est notamment caractérisé par le rétrécissement de l’espace politique dans le pays, qui se traduit par les arrestations et détention des membres de l’opposition politique et de représentants de la société civile et par les restrictions imposées à des libertés fondamentales comme la liberté d’expression et d’opinion.
    • Cela étant, pour décrisper la situation politique, tout en reconnaissant l’indépendance du pouvoir judiciaire, les OSC en appellent à l’accélération du traitement des dossiers des détenus et/ou prisonniers politiques ou d’opinion en vue de leur libération avant la tenue effective du dialogue politique. Ceci constituerait un indicateur certain du rétablissement du climat de confiance dans le processus politique en cours. Il en est aussi de la réouverture des médias proches de l’opposition fermés.
  • Du mode de désignation des participants au dialogue
    • Les OSC rédactrices de la présente analyse tiennent à rappeler que le succès de la tenue du dialogue politique dépend non seulement de la qualité des participants audit forum, mais encore et plus de leur mode de désignation.
    • Les OSC tout en ne proposant pas une « recette » sur la question, encouragent néanmoins le « Facilitateur » Edem Kodjo à tenir compte des forces politiques et sociales constituant des dynamiques réelles et effectives au niveau national et provincial du pays.
  1. Du contenu du dialogue politique en lui-même
    • La résolution 2277 (2016) du Conseil de Sécurité de l’ONU du 30 mars 2016, rappelle la nécessité d’un dialogue politique ouvert et pacifique, associant toutes les parties prenantes au déroulement des scrutins dans le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, afin de préparer le terrain en vue de la tenue dans le pays d’élections pacifiques, crédibles, ouvertes à tous, transparentes et qui respectent les délais prévus par la Constitution.
    • En ce sens, les OSC rédactrices de la présente analyse tout en souscrivant au prescrit de cette résolution, proposent que le contenu du dialogue ne puisse être consacré qu’à ce qui peut baliser la route à la tenue des élections présidentielle et législatives dans les délais constitutionnels en République Démocratique du Congo.

Fait à Kinshasa, le 20 avril 2016. ONG signataires :

  1. ACAJ, Association Congolaise pour l’Accès à la Justice
  2. AFEJUCO, Association des Femmes Juristes du Congo
  3. ANMDH, Amis de Nelson Mandela pour les Droits Humains
  4. CRC, Coalition de 33 ONG pour le respect de la constitution
  5. Justicia ASBL
  6. LICOF, Ligue Congolaise pour la Lutte contre la Fraude et la corruption
  7. NSCC, Nouvelle Société Civile du Congo
  8. RRSSJ, Réseau pour la Réforme du Secteur de Sécurité et Justice

Pour contact: Me Georges Kapiamba                                                              Robert Ilunga Téléphone : +243 853534615                                                     Téléphone +243840910816

Comments are closed