La police renforce sa présence à Beni et Butembo

(Radio Okapi)

Des renforts des policiers, arrivés mardi à Beni, ont  entamé leur déploiement mercredi 7 septembre dans le «grand Nord» de la province du Nord-Kivu. La société civile et la jeunesse de Beni attendent beaucoup de ces policiers, notamment pour faciliter le retour des populations ayant fui l’insécurité occasionnée par les rebelles ADF dans leur milieu.

«Aujourd’hui, on déploie 50 [policiers] à Oïcha, 20 personnes à Mayi Moya et 20 à  Eringeti. Là c’est le premier temps. Deuxième temps, je serai encore renforcé en policiers qui seront déployés à Kasindi, sur la route Butembo-Beni, à Kyondo, à Bulongo et ensuite à Kamango», a détaillé l’inspecteur de la Police nationale congolaise (PNC) dans le territoire de Beni, le colonel Jean-Pierre Wumbi.

Ces renforts des policiers ont été tirés de l’effectif de la police à Goma. Leur arrivée à Beni est un soulagement pour les habitants de Beni, particulièrement ceux des zones affectées par l’insécurité, selon la société civile locale. Dans ce territoire, plusieurs localités restent désertées, à ce jour, par leurs habitants après les massacres successifs des civils par des rebelles ougandais des ADF.

Le secrétaire rapporteur de la société civile de Beni, Lewis Kambale Saliboko, espère qu’avec les renforts de la police, les habitants pourraient regagner leurs milieux et espérer vivre paisiblement:

«On avait des problèmes d’effectif des policiers au niveau du territoire de Beni. Imaginez, une grande agglomération comme Oïcha, le chef-lieu du territoire de Beni, on en a seulement 17. C’est un nombre insignifiant. Avec ces effectifs qu’on vient de déployer, nous pensons que c’est un ouf de soulagement pour la population.»

Le colonel Jean-Pierre Wumbi indique que le déploiement a commencé après que les policiers ont reçu l’équipement nécessaire:

«Nous avons reçu les tenues, nous avons reçu les bérets et les bottines accompagnés des chaussettes, donc tout ce qui est équipement des policiers. Nous avons reçu une quantité suffisante d’armes.»

Pour rendre la police efficace sur le terrain, le commissaire général de la  Police nationale congolaise (PNC), le général Charles Bisengima, avait promis la veille de faire suivre le matériel nécessaire:

«Il y a 5 tonnes d’’équipements qui sont arrivées hier de Kinshasa par un affrètement de la MONUSCO. Nous attendons un lot important d’autre équipement constitué de 51 motos, 38 tentes de campagne et nous aurons à peu près 8 véhicules.»

Selon d’autres sources policières, au moins un renfort de quatre cent cinquante nouveaux policiers est attendu dans la région.

Recommended For You

About the Author: Adeline Marthe