Trois embarcations de Yakutumba bombardées par la Monusco

| |

(Le Phare)

Trois (03) bateaux armés de mitrailleuses appartenant aux rebelles Maï-Maï Yakotumba ont été détruits par les hélicoptères d’attaque de la MONUSCO, au large de la localité de Kasekezi, sur le lac Tanganyika, en territoire de Fizi dans le Sud-Kivu. Le Commandant Adil Esserhir, porte-parole militaire aide la MONUSCO l’a annoncé au cours de la conférence de presse des Nations Unies d’hier mercredi 4 octobre 2017, faisant également le bilan d’un casque bleu ayant subi des blessures légères par éclats.

 

Faisant le point de cette situation sécuritaire, il a rappelé que suite aux développements sécuritaires dans le territoire d’Uvira, le commandant adjoint de la Force de la MONUSCO, le Général de Division Bernard Commins, s’est rendu les 27 et 28 septembre 2017 dans la province du Sud-Kivu où il s’est longuement entretenu avec es hautes autorités militaires onusiennes et congolaises sur les plans à mettre en œuvre pour assurer la protection des civils et combattre les actions néfastes des groupes armés. Ce déplacement, a renseigné le commandant onusien, été aussi l’occasion d’inspecter les dispositifs de contrôle de zone installés aux alentours dé la localité d’Uvira et élaborer les plans d’opérations à même de parer à cette tentative de déstabilisation dans la région et d’éviter l’escalade du conflit.

 

Il a indiqué que c’est suite à cela que les troupes onusiennes continuent leurs opérations terrestres et aériennes, en liaison avec les Forces de défense et de Sécurité congolaises, et ont repoussé le 28 septembre 2017, cette attaque perpétrée par les éléments Yakutumba par voie lacustre à bord d’embarcations. Affrontement qui s’est soldé par la destruction de ces embarcations.

 

« La Force de la MONUSCO a renforcé sa présence dans cette région par le déploiement des forces spéciales, ce qui a permis d’éloigner la menace qui pesait sur la cité d’Uvira et de restaurer la liberté, de mouvement dans les zones affectées » a-t-il affirmé.

Au Nord-Kivu, les opérations contre les Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR) se poursuivent dans le territoire de Rutshuru. Selon Adil Essherir, outre la destruction des postes de commandement de ce groupe armé et la désorganisation de sa structure logistique, cette opération a permis la restriction de sa liberté de mouvement et son influence dans la province du Nord-Kivu et a limité ses nombreuses activités illégales telles que le commerce illégal du bois et de charbon, la contrebande d’armes, les enlèvements et des cas d’extorsion sur la population locale.

 

Il a également été signalé que des opérations similaires, menées conjointement avec les FARDC et l’ICCN, se déroulent actuellement au Haut-Uele, contre les éléments de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) pour assurer un environnement sain et sécurisé dans cette partie de la république.

 

Par ailleurs, dans la province du Maniema, la Force MONUSCO, a indiqué le porte-parole militaire de la mission, suit de près l’évolution de la situation et la montée en puissance des groupes Maï Maï et demeure engagée dans le spectre politique et militaire, pour s’attaquer au problème, en développant des stratégies et des plans conjoints avec les sections subsidiaires et les acteurs locaux.

Dans la continuité des efforts visant à assurer la protection par la projection, a-t-il renseigné, cette semaine a connu le déploiement de trois (03) bases opérationnelles temporaires à Bunyampuli (98km N/O de la COB Sake), Irangi (39 Km N/O de Bunyakiri) et Tumayini (61km Ouest la COB HIMBI).Cette présence périodique, caractérisée par la conduite de patrouilles conjointes avec les acteurs sécuritaires locaux, et l’engagement communautaire , visent à dissuader les groupes armés d agir dans la zone et rassurer la population civile de la présence de la MONUSCO.

Comments are closed