Audition de trois renseignants dans l’affaire Kamwina Nsapu

| |

(Mediacongo.net)

Les renseignants Lenard Sadiki, gérant de l’ Agence de voyage « Biocha », Aimé Kapapa, gérant adjoint de l’Agence de voyage « W.W.W » et l’agent de la police  Gabriel Nsambi Niati, médecin du centre hospitalier de la Légion nationale d’ intervention (LENI), ont été auditionné mardi  par le Tribunal militaire de garnison de la Gombe sur les dates d’arrivée des prévenus Tudiakuila et Bakajika de Kikwit à Kinshasa entre juin et juillet 2017  et sur le soins administrés au prévenu Papy Ntumba, après l’ attaque du commissariat urbain de Funa.

Cette audition a été faite au cours d’une audience tenue à la prison de Ndolo, sous la direction de son président, le major Tumuna Tshini Tchang dans l’affaire ministère public contre la bande terroriste Kamwina Nsapu, accusée de participation à un mouvement insurrectionnel, association des malfaiteurs, assassinat, meurtre, coups et blessures aggravés, coups et blessures simples, évasion des détenus, détention illégale d’ armes de guerre et outrage à sentinelle.

Le gérant de l’Agence Biocha  a indiqué qu’en cette période, il n’était pas encore agent de cet établissement, mais à la prochaine audience, il prendra soin d’apporter les manifestes pour en savoir plus. Tandis que dans les manifestes  de « W.W.W », le prévenu Tudiakuila s’était fait  enregistré à deux reprises  au nom de Roger Bingo

Le médecin Gabriel Nsambi de la LENI a reconnu avoir administré des soins le 29 juin 2017 à Papy Ntumba Ntumba, qui était blessé à la main gauche  par balle après l’attaque du commissariat urbain de la Funa.

Le colonel Alpha Limbaya, officier du ministère public a soutenu que devant l’OPJ, Tudiakuila avait donné la raison de sa présence à Kinshasa qui était de renforcer le mouvement Kamwina Nsapu, afin de renverser le pouvoir en place.

Il  a, par ailleurs ajouté que la cruauté de ces actes avait été démontré lors des attaques du commissariat urbain de Funa et du marché central. Le fait d’avoir trouvé deux fois le nom de Roger Bingo dans le manifeste signifie que ce dernier avait acheté le billet pour son ami Bakajika, d’ autant plus que les deux prévenus ont été recrutés  au Kasaï.

La partie civile République Démocratique du Congo a fait savoir que le prévenu Tudialuila avait deux cartes d’identité lorsqu’il s’était présenté à l’Agence W.W W de Kikwit, parce qu’il était recherché par les services.

Les prévenus ont rejeté ces accusations, ajoutant qu’ils ne se connaissent même pas.

La défense, a indiqué le tribunal, ne peut pas prendre en considération les procès-verbaux du dossier en ce qu’ils ne sont pas sincère.

Comparution du prévenu Prosper Mubengayi Betukumesu

Par ailleurs, le tribunal a entamé l’instruction du prévenu Prosper  Betukumesu, vendeur des pièces de rechange à Kikwit, sur son implication  dans les attaques de la bande terroriste Kamwina Nsapu à Kinshasa.

Le tribunal a rappelé au prévenu  que devant l’OPJ, il avait reconnu avoir accueilli le prévenu Ali Mputu à Kikwit, en fuite après avoir mis à feu et à sang Kinshasa, sur instruction du prévenu Gustave Ngandu.

Pour le ministère public, le prévenu  a soutenu que Prosper Mubengayi était le point focal de cette bande pour avoir hébergé Ali Mputu qui était de retour au Kasaï, alors que les services étaient à sa recherche.

La partie civile RDC a indiqué que devant l’OPJ, le prévenu avait déclaré qu’Ali Mputu n’est pas un féticheur mais plutôt un guérisseur et qu’il l’avait connu à travers Gustave Ngandu qui est son fournisseur des pièces des rechanges.

Le prévenu a nié les faits mis à sa charge en soutenant qu’il est victime d’un montage. La défense a fait savoir que son client n’a rien à avoir avec les attaques de Kinshasa du fait qu’il habitait  Kikwit.

Comments are closed