Nord-Kivu : Des communautés de Walikale exigent l’annulation du mandat d’arrêt contre le chef rebelle Guidon Shimiray (communiqué)

(7SUR7.CD)

Certaines communautés du territoire de Walikale en province du Nord-Kivu, revendiquent l’annulation par la justice militaire congolaise, du mandat d’arrêt émis le 07 juin dernier contre le réputé « rebelle, et chef de guerre » Guidon Mwisa Shimiray du mouvement Nduma Defense Of Congo Rénové (NDC-R).

Dans un communiqué de presse, en même temps une déclaration qui date du mardi 09 juillet 2019 et dont une copie est parvenue à 7SUR7.CD, ces communautés locales avec la société civile du milieu, estiment que ce mandat d’arrêt contre ce chef rebelle est « un scénario pour pérenniser le marché des armes, munitions et tenues militaires au profit de ceux qui gèrent les services de sécurité en RDC, y compris l’auditorat militaire ».

Ledit mandat d’arrêt dont il est question a été émis par le procureur militaire, le général Timothée Mukuntu, et Guidon est accusé de participation à un mouvement insurrectionnel, crime de guerre par recrutement d’enfants et crime contre l’humanité par viol, pillages et incendies criminels.

Ces communautés de Walikale martèlent dans ce communiqué de presse que Guidon est parmi les fils libérateurs qui deviennent aujourd’hui « la cible d’une bourgeoisie qui ne vise qu’à bâtir un super supermarché d’effets militaires ».

Selon elles, le groupe armé NDC-Rénové, est une bande d’autodéfense active dans la région qui a toujours fait preuve d’un comportement civique en renonçant à tout accrochage avec les forces armées de la République Démocratique du Congo et qui assure au quotidien la libre circulation des personnes et la protection de leurs biens.

Quant à Ntabo Taberi Cheka, il reste détenu par la cour militaire de la RDC après une quinzaine des comparutions mais sans jugement. Ces communautés exigent sa libération et « sans conditions ».

Recommended For You

About the Author: Adeline Marthe