Matadi : Séminaire de formation sur la Police et les Droits humains

| |

Bascongo 0320 policiers et 20 membres de la Société Civile ont été retenus pour prendre part au séminaire de formation sur la Police et les Droits humains du 15 au 17 Avril 2013 au Centre de Formation Rév. NSIMBA à LISANGA à Matadi.

C’est l’ONG Securitas Congo en collaboration avec le RRSSJ Bas-Congo qui ont eu à organiser et à modérer ce séminaire. Il faudrait signaler en passant que l’ONG Sécuritas Congo a organisé en avril 2008 un atelier national sur la réforme de la police ici à Matadi consacrant par là même l’implication de la Société Civile dans cette réforme.

Ce séminaire est motivé par le fait que le respect des droits humains est l’un des principes fondamentaux d’une Police œuvrant dans une démocratie. Comme corps, la Police est l’un des symbole les plus visibles et les plus représentatifs du pouvoir public ; mieux elle preste, mieux elle renforce la légitimité de ce pouvoir.

Et comme nous le savons, en République Démocratique du Congo (RDC), la Police est souvent accusée de nombreuses violations des droits humains dont des cas de torture, d’arrestation et détentions arbitraires, d’extorsion, voire de violences sexuelles…Même comme bras séculier de la justice, la Police est rongée par la corruption privant de nombreux citoyens de bénéficier d’une justice équitable. Ainsi, la Police a perdu toute crédibilité au sein de la Population qui la considère plus comme un instrument d’oppression au service du pouvoir  qu’un corps au service de  la protection des citoyens et de leurs biens, contribuant au respect des droits humains et à l’administration de la justice.

Par ailleurs, la Constitution consacre plusieurs points sur la protection des droits reconnus aux Congolais, y compris les Policiers. Il s’agit là d’une question importante pour le changement des comportements et l’harmonisation des relations entre Police et population.

Aussi, l’incidence qu’ont la promotion et la protection des droits humains dans l’humanisation de la Police en tant qu’institution publique de l’Etat, n’est plus à démontrer dans un pays post conflit, comme la RDC où les violations des droits humains ont atteint leur paroxysme tant par leur ampleur que par leur nature.  D’où, la nécessité de créer une nouvelle culture de respect des droits humains s’impose aujourd’hui alors que la RDC est en plein processus de réforme dans ce secteur.

Parmi les orateurs, il faudrait signaler ceux de Sécuritas Congo, du RRSSJ Bas Congo, du CSRP, de UNPOL et la PDP.Bascongo 02

La séance de cloture interviendra le mercredi 17 avril 2013 à

16 heures.

 

 

 

 

 

 

Pasteur Angelo Mayambula

Coordonnateur RRSSJ Bas Congo

 

Laissez un commentaire

*