Monusco et FARDC accentuent la pression sur la LRA

(Tempête des tropiques)

Les combattants de l’Armée de Resistance du Seigneur (LRA) encore très actifs dans les provinces du Haut et du Bas-Uélé subissent actuellement une très forte pression sur le terrain de la part de l’Armée Congolaise (FARDC) et des Casques bleus de la Mission des Nations Unies en RDC (Monusco). Cette opération militaire vise à mettre définitivement un terme aux activités négatives de ces rebelles ougandais, qui s’illustrent notamment par des embuscades et kidnappings contre les populations civiles.

 

D’après le porte-parole militaire de la Monusco, le Lieutenant- Colonel Amouzoun Codjo Martin, les hommes de Joseph Kony sont accusés d’avoir, pendant cette période, tendu une embuscade à Nakutala, localité située à 15 kilomètres à l’Ouest de Doruma, dans le territoire de Dungu. Ces rebelles ougandais ont également kidnappé cinq personnes qui cultivaient leurs champs.

 

Sur un autre registre, les forces Congolaises et Onusiennes intensifient aussi des opérations contre les miliciens du Front de Resistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) qui sont en débandade dans cette province située à l’Est de la RDC.

 

“Dans la province de l’Ituri, les forces onusiennes et congolaises poursuivent avec vigueur les opérations pour neutraliser les éléments réfractaires du Front de Resistance Patriotique de l’Ituri (FRPI), auteurs de viols, meurtres et pillages dans les localités situées au Sud du territoire d’Irumu “, a affirmé le porte-parole militaire de la Monusco. “ Les opérations menées conjointement par les FARD Cet la Monusco apportent régulièrement des réponses militaires appropriées aux différentes activités négatives perpétrées par les éléments réfractaires du FRPI contre les populations civiles vivant dans les localités situées au Sud du territoire d’Irumu, en vue d’y mettre un terme “, a encore indiqué le Lieutenant- Colonel Amouzoun Codjo Martin. Selon la même source, des casques bleus ont engagé et réussi à repousser vers la forêt des éléments supposés appartenir au FRPI, le 23 janvier 2016, au cours des patrouilles intensives menées dans la localité de Banasti, à 7 kilomètres au Nord de Gety.

 

Plusieurs exactions signalées

Depuis l’arrestation de leur leader, Cobra Matata, les combattants du FRPI commettent de graves crimes sur terrain.

 

Pour preuves, deux femmes et deux filles mineurs ont été violées par ces rebelles, au cours d’une incursion dans les localités de Mahimbi et Ngongi, situés respectivement à 8 et 4 kilomètre à l’Est d’Aveba signale la Monusco.

 

Le 18 janvier courant, des éléments de FRPJ ont aussi tendu une embuscade à un motocycliste sur l’axe Nyamavi-Kapuru, au Nord d’Aveba et ont tué ce dernier et emporté ses biens, déplore la Monusco. Les miliciens de FRPI sèment donc la terreur et la désolation dans la province de l’Ituri. La Monusco leur impute aussi les attaques de la localité de Tchekele, au nord d’Aveba, le 24 janvier, blessant deux personnes avant de piller leurs biens. Face à cette insécurité, la Monusco s’engage à soutenir les FARDC dans les efforts visant à neutraliser les FRPI qui, il y a une semaine, ont lancé une attaque contre le camp situ dans la zone d’exploitation d’or de Mutshatsha, à 25 kilomètres au sud de Bandengai et ont commis des violations des droits de l’homme et pillés de l’or, avant de kidnapper 57 personnes.

 

Recommended For You

About the Author: Adeline Marthe