RDC : 20 personnes tuées par les présumés ADF à Beni

(Radio Okapi)

La société civile de Beni s’inquiète de la résurgence des massacres dans ce territoire du Nord-Kivu. Elle dit avoir répertorié près de vingt morts et des dizaines de disparitions, des incendies des maisons et de pillages en 48 heures seulement. Des actes commis par des présumés ADF, selon cette structure citoyenne, qui  appelle encore une fois la communauté nationale et internationale à endiguer  le problème des massacres.

«Nous sommes encore dans la consternation. Il y a eu une attaque dans le village de Mangolikene, c’est au sud-est de la ville de Beni, où huit personnes ont été sauvagement massacrés par les présumés ADF, plus de dix personnes disparues. Ils ont même incendié des maisons », a déclaré le président de la coordination urbaine de la société civile de Beni, Gilbert Kambale.

Avant cela, a-t-il poursuivi, d’autres tueries ont été enregistrées à Eringeti,  dans le « triangle de la mort » situé entre les localités de Mbanu-Kamango et Eringeti et au point kilométrique 13.

« Donc, nous sommes à peu près à 20 personnes qui ont été massacrées et plus d’une quinzaine portée disparue, y compris des bébés », a estimé la même source.

M. Kambale a affirmé sa plus grande inquiétude du fait que la population locale ne sait plus à quel saint se vouer :

«Le lieu de refuge, c’était l’Ituri. Et maintenant en Ituri aussi, les massacres ont commencé. Nous compatissons avec nos frères et sœurs de l’Ituri. C’est pourquoi nous demandons que même la communauté internationale – au travers du nouveau mandat [de la MONUSCO, qui va être bientôt renouvelé] – puisse tenir compte de cette partie du nord-est de la République démocratique du Congo».

Des sources militaires estiment de leur côté que les attaques actuelles de ces rebelles constituent une conséquence des opérations militaires menées dans la région de Beni.

Recommended For You

About the Author: Adeline Marthe