Nord-Kivu : Audience publique sur la gestion des maisons pénitentiaires

Photo RN10

Le Centre des Ressources sur  la démocratie en collaboration avec le Réseau pour la Réforme du Secteur de Sécurité et de Justice du Nord-Kivu a organisé ce vendredi, 17 aout 2012 une audience publique sous le thème : « la gestion des maisons pénitentiaires dans la province du Nord-Kivu, cas de la Prison Centrale de Munzenze (Goma). Ces assises se sont tenues  dans la salle de conférence de l’hôtel La Joie Plazza, dans la commune de Goma, à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. Un état des lieux sombre a été dressé par Me Désiré Simbi. Cette prison, vieille de 50 ans, construite pour recevoir 150 prisonniers, hébergent 1131 détenus qui y vivent dans des conditions inacceptables pour l’espèce humaine.  A la fin de cette audience des recommandations ont été formulées pour l’amélioration des conditions pénitentiaires.

Ont pris part à cette rencontre, des acteurs des Ongs internationales de droits de l’homme, des associations nationales et locales de la Société Civile, des

membres du Gouvernement Provincial du Nord-Kivu, des délégués des partis politiques actifs dans cette province.

Me Désiré Simbi, intervenant le  premier a présenté l’état des lieux de la prison centrale Munzenze de Goma. Il a exposé quelques points forts de cette prison, qui nourrit chaque semaine ces détenus avec un budget de 2000 $ versé par le Gouvernement Provincial. Il a aussi énuméré les points faibles.   Parmi lesquels :

–           le manque de qualification et la carence du personnel (18 agents pour 1131 détenus) mais aussi plusieurs d’entre eux ne sont pas de matricules de la fonction publique et donc ne perçoivent aucun salaire de l’Etat.

–          Les cellules des prisonniers sont sans portes, violant ainsi la loi en cette matière, il en ressort qu’ils vivent en insécurité et dans cette prison l’on retrouve des détenus volontaires.

–          Les droits des prisonniers ne sont pas respectés, il y a des détenus qui n’ont pas de dossier

–          L’existence des structures parallèles, les nouveaux détenus sont à la merci des anciens avec le système «  Salimiya Mado » (Dit bonjour à Mado, est une pratique qui consiste pour le nouveau à malaxer la matière fécale des anciens avec ses propres mains, ndlr) et « Chimba Biazi »  (cherche la patate douce, le nouveau doit suspendre ses pieds en l’air accroché sur un mur et ses mains à terre, ndlr).

–          Manque de diversité du régime alimentaire, tous les jours c’est le même plat qui est servi, haricots et maïs.

–          Absence de médecin et infirmier affectés à la prison centrale.

Il conclut son intervention en plaidant pour la réforme de la législation congolaise en matière pénitentiaire,  l’amélioration des infrastructures et des conditions de vie du personnel, et le respect strict des droits des prisonniers.

Jules Simpeze Banga, Expert du Ministère Provincial de la Justice en charge des lieux de détention, second orateur, a parlé de la politique de gestion des prisons dans la province du Nord-Kivu. Il  a déploré l’agression de la province par les groupes armés et les rebelles du M23, ce qui a exacerbé le taux de criminalité. Il a reconnu que l’Administration pénitentiaire est oubliée dans tous les pays en développement et la RDC n’y fait pas exception. Il a étalé les points positifs en matière pénitentiaire.

–          La prise en charge par le Gouvernement Provincial de l’alimentation des prisonniers avec un budget de 2000 $.

–          Avec l’arrêté n°01/08/CAB-GP-NK du 23 Septembre 2008 mettant en place le comité de suivi des lieux de détention, lequel comité fait des tournées conjointes avec le pouvoir judiciaire, ce qui a entraîné la correction des cas d’irrégularités.

–          La note circulaire contestée par les autorités judiciaires du Ministre Provincial de la Justice visant à désengorger les prisons.

–          La construction des lieux de détention à Beni, à Goma, la réhabilitation et la mise en place du tribunal pour enfants qui ne fonctionne qu’à Goma. L’orateur conclut son exposé en insistant sur la volonté du Gouvernement Provincial miné par les guerres répétées.

Plusieurs recommandations ont été formulées :

–          Au Ministère Provincial de la Justice, Droits humains et Réinsertion communautaire

Délocaliser la prison centrale de Goma vers un milieu rural où ils pourront travailler et produire ce qu’ils mangeront.

Dégager la tendance du  taux de criminalité qui servira de prévision dans l’élaboration future d’une politique de gestion des prisons.

Envisager le renforcement du personnel de la prison centrale Munzenze.

Eviter que la tolérance zéro ne soit la cause du surpeuplement de la prison centrale(détenus innocents sans dossiers).

Organiser des formations au sein des prisons pour contribuer à la resocialisation des prisonniers.

Informatiser la gestion des prisons du Nord-Kivu.

Construire un centre de santé de référence au sein de la prison et y affecter un médecin du Gouvernement.

Faire participer le Directeur de la prison et ses adjoints à la gestion des fonds destinés à l’achat de la nourriture des détenus.

Faire participer les Ongs intervenants à la prison centrale dans la gestion des fonds destinés à l’achat de la nourriture pour les détenus.

Améliorer les infrastructures de la prison centrale, y compris les installations sanitaires.

La mise en place du cluster prison pour échanger l’information sur les lieux de détention dans la province du Nord-Kivu.

Convoquer un séminaire national sur la réforme de la justice pénitentiaire en RDCongo avec le concours du Ministère National de la Justice, la Commission dela réforme du droit congolais, le Réseau pour la Réforme du Secteur de Sécurité et de Justice(RRSSJ).

Coordonner les actions des Ongs intervenant à la prison centrale de Goma

Organise des formations permanentes du personnel pénitentiaire comme c’est le cas pour les magistrats.

–          Au Gouverneur de Province du Nord-Kivu

Descendre personnellement dans les prisons de toute la Province pour palper la réalité sur terrain.

Renforce le fonctionnement du comité de suivi des lieux de détentionen y accordant un budget conséquent.

Délocaliser la prison de Munzenze de Goma vers le quartier Mugunga.

–          A la Division Provinciale de la Santé

Affecter un médecin à la prison centrale Munzenze de Goma.

Faire le plaidoyer pour la prise en charge médicale des prisonniers.   

A la fin de la manifestation une commission de suivi des recommandations de l’hôtel la Joie Plazza a été mise en place présidée par le RRSSJ Nord Kivu et composée de 8 organisations.

Recommended For You

About the Author: Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*