Sud-Kivu : Contexte sécuritaire du mois d’octobre 2012

La situation sécuritaire du Sud-Kivu demeure précaire. Cela est dû à plusieurs cas de violations de droits humains que l’on continue à enregistrer au jour le jour. La présence des groupes armés nationaux et étrangers, les défections au sein des FARDC ainsi que les affrontements entre les groupes armés eux-mêmes ou les affrontements entre les groupes armés et les FARDC sont des faits qui viennent empirer la situation sécuritaire déjà précaire dans la province du Sud-Kivu.

Ainsi, sommairement nous avons relevé les incidents suivants dans la Province du Sud-Kivu au cours de ce mois d’octobre :

1.    TERRITOIRE DE KABARE

  •  Une tension vive entre la population et la société SINELAC. La population de Mumosho estime que la société SINALAC a spolié des terrains qui leur appartiendraient.
  •  Il y a la présence des groupes armés qui occupent un groupement dans la chefferie de Nindja. Actuellement, ces deux groupes armés ne s’affrontent que de manière sporadique.

2.    TERRITOIRE DE SHABUNDA

  • Conflit de leadership au sein du groupe armé Raia Mutomboki. D’un côté il y a le commandant Daniel MESHE, qui serait un ex-FARDC, et qui voudrait garder la philosophie traditionnelle de Raia Mutomboki et de l’autre côté, il y a le commandant CISSAWA qui développe une philosophie ouverte au pouvoir étatique. Finalement, il est ressorti de ce conflit de leadership, une scission de ce  groupe armé. Aujourd’hui certains de leurs membres ont conservé leur nom de « Raia Mutomboki » tandis que d’autres se font appeler « Raia Mukombozi »

 

3.    TERRITOIRE D’UVIRA

  •  Le conflit entre la communauté de Bafuliru et celle de Barundi continue malgré l’accord qui a eu lieu entre ces deux communautés.
  •  Le 10 octobre 2012, les jeunes Bafuliru ont saccagé les bureaux de la collectivité pour empêcher l’installation du Chef de collectivité qui est originaire de la communauté Barundi.
  • Il y a eu des manifestations de la population qui s’insurgeait contre l’insécurité toujours grandissante dans ce territoire. En effet, le mode opératoire dans les attaques nocturnes a changé. Maintenant l’on attaque plus seulement avec des fusils mais à la grenade.

 

4.    TERRITOIRE DE MWENGA

  • Le 10 octobre 2012, pillages dans la localité Nyanzale. Au cours de ces pillages, 10 personnes ont été enlevées pour transporter les biens pillés.
  • Affrontement entre deux villages (localité de Kibumba et celle de Kisumba) dans le groupement Bashikumbilwa. La localité de Kisumba a été brûlée.

 

5.    TERRITOIRE DE WALUNGU

  • Affrontements entre les FARDC et le commandant KAHASHA qui a fait défection au Nord-Kivu dans le groupement de Kaniola.
  •  Avant ces affrontements, il y a eu des rumeurs faisant état d’infiltration des éléments du M23 dans ce territoire

 

6. TERRITOIRE DE KALEHE.

  •  Le 03 octobre 2012, dans le groupement Ziralo  affrontements entre les FARDC et les Mai Mai Nyatura, 6 personnes ont été tuées.
  •  Du 06 au 07, affrontements entre les FARDC et les Mai Mai Nyatura dans la localité de Bushaku, 2 personnes ont été tuées.

 

Ces quelques éléments de contexte ci-haut présentés ne sont pas exhaustifs.  C’est juste quelques incidents enregistrés dans le travail quotidien du monitoring des cas de violations des droits humains que réalise le RSSJ/Sud-Kivu.

 

 

Recommended For You

About the Author: Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*